Isolation sol terre battu

Bonjour, bonsoir tout le monde
J’ai acheté une maison d’habitation de plein pied, année de construction 1800. environ.
Les murs extérieurs sont en pierre, épaisseur 60 cm. Lors d’une rénovation, réalisé en 1976, les murs extérieurs ont tous été doublé par une cloison en brique.
Mon problème est un salon (30 m²) carrelé avec des carreaux de ciment posés directement sur de la terre battue. Ce carrelage présente de nombreuse trace d’humidité.
Ce salon n’a pas actuellement de système de ventilation. J’ai installé un déshumidificateur électrique, réglé à 60% d’humidité, il collecte très peu d’eau Cette été la température intérieure c’est maintenu à 24/25°C.
Comment procéder pour assainir et isoler le sol de ce salon qui est 15 cm plus bas que les pièces qui l’entoure ?
J’envisage un poêle de masse ou poêle à bois pour chauffer cette pièce.
Je vous remercie pour votre aide.

bonjour Marma
s’il est possible que tu perdes un peu de hauteur dans ton salon et si tu ne tiens pas spécialement à tes carreaux de ciment je te propose la solution suivante ;
si le sol n’est pas plan, un lit de sable de 3 cm env à dresser à la règle pour égaliser (inutile si le sol est plan) dessus un film plastique type polyane ou bâche à ensilage (si tu as un voisin agriculteur), dessus un isolant au moins 4 cm , le plus sympa c’est la plaque de liège,( on peut en trouver à pas trop cher), il y a aussi des panneaux de fibre de bois pour sol qui existe en 2 cm d’épaisseur à poser en 2 couches. Par dessus il faut une chape pour supporter le carrelage, le plus facile c’est la chape sèche en fermacell, des plaques à feuillure que tu colles bord à bord, enfin le carrelage de ton choix que tu peux coller directement sur le fermacell. Si tu veux récupérer les carreaux de ciment, tu commence par les retirer en faisant attention de ne pas les épaufrer en les soulevant et tu étales le sable à la place

Merci pour cette réponse très rapide et bien détaillée. Cette solution me semble beaucoup plus facile à mettre en œuvre que ce qu’on me proposait jusqu’à présent.
Normalement j’ai la hauteur, il faut que je revérifie. Pour les carreaux ciment, j’aimerai les récupérer mais j’ai un voisin carreleur qui me dit qu’ils seront très encrassés dessous donc non réutilisables. A voir.
Un immense merci.

Bonsoir Marcelle,

La configuration offre t elle la possibilité de réaliser un hérisson ventilé sous dallage ?
Un petit plan de masse de la pièce et pièces adjacente ?
Les revêtements sols et murs de l’ensemble ?
Le principale enjeu est de pouvoir agir contre les remontées capillaires.
Plus les sols seront imperméable à la diffusion de vapeur d’eau, plus l’humidité va se concentrer et remonter das les murs.

2 « J'aime »

[quote=« Marma, post:1, topic:3885, full:true »]
Bonjour, bonsoir tout le monde
J’ai acheté une maison d’habitation de plein pied, année de construction 1800. environ.
Les murs extérieurs sont en pierre, épaisseur 60 cm. Lors d’une rénovation, réalisé en 1976, les murs extérieurs ont tous été doublé par une cloison en brique.
Mon problème est un salon (30 m²) carrelé avec des carreaux de ciment posés directement sur de la terre battue. Ce carrelage présente de nombreuse trace d’humidité.
Ce salon n’a pas actuellement de système de ventilation. J’ai installé un déshumidificateur électrique, réglé à 60% d’humidité, il collecte très peu d’eau Cette été la température intérieure c’est maintenu à 24/25°C.
Comment procéder pour assainir et isoler le sol de ce salon qui est 15 cm plus bas que les pièces qui l’entoure ?
J’envisage un poêle de masse ou poêle à bois pour chauffer cette pièce.
Je vous remercie pour votre aide.

merci pour la réponse
Hérisson ventilé je ne sais pas un seul côté sur la route.
Revêtements sol actuel carreaux de ciment, ensuite ? revêtement murs plâtre sur mur en brique.
Je joins un schéma (j’espère qu’il sera visible).
Merci pour l’aide.
image

tes carreaux ont ils été posés à la chaux? Si oui ils sont « décrottables » avec de la patience

Je ne sais pas sur quoi ils sont posés ce sera la surprise.

Les matériaux à base de ciment sont de toute façon à éviter dans le bâtit ancien.
D’après votre publication le sous sol est humide et votre configuration en niveau n’arrange rien.

Je proposerais la dépose du carrelage actuel, décaisser la pièce de 20cm minimum pour réaliser un hérisson ventilé par drain d’air. Les entrées d’air seraient coté route (1 ou 2 si possible), la sortie en intérieur avec une cheminée PVC jusqu’au comble ou jusqu’au toit avec en point bas un Y pour récupérer les condensats sans qu’il retourne sous de dallage. (la cheminée en intérieur améliore le tirage par convection.

Dalles chaux/sable/ ou chaux/sable/pouzzolane chaux/sable/liège ou chaux/sable/chanvre

2 « J'aime »

Bonjour,
merci pour la réponse.
Quelles épaisseur pour le hérisson, et pour chaque couche sur ce hérisson?
Au total ça ferait une dalle de quelle épaisseur minimum ?

Pour le hérisson 20cm minimum vu les dimensions réduite de la pièce. 30cm idéal.
Dans la réalité se sont les contraintes du sol, de traversée de mur, d’avaloir/exutoire qui prennent le pas.
Je fais habituellement réaliser le circuit avec du tuyau d’épandage Ø100. Le drain agricole Ø90 satisfait a des contraintes économiques mais n’est pas aussi résistant à la compression.

Idéalement, toujours, il y a effectivement plusieurs couches dans un hérisson avec des agrégats du plus gros au plus fin. La granulométrie varie selon la disponibilité de la ressource locale.
Dans la réalité encore, il peut être réalisé en 1 seul couche et un bouchonnage sable stabilisé à la chaux. (pour éviter les infiltrations et pertes du mélange de dalle entre les agrégats.

Si dalle chaux/sable ou chaux/sable/pouzzolane = 12cm minimum
Si dalle chaux/sable/chanvre = 15cm minimum
Le reste dépend de votre choix d’isolation sous dallage.

Et si le décaissement se situe sous le niveau des bas de murs, qu’est ce qu’on fait ?

Merci beaucoup pour vos réponses

C’est justement ce qui propose la différence entre l’idéal et la réalité, le neuf et la rénovation.
et le pragmatisme, le consensus, et les délicats équilibre prennent la main.

On s’arrête impérativement au niveau bas des murs et pas en-dessous.
(Sur un gros projet, on peut se permettre de faire une reprise sous œuvre !)
On rationalise l’épaisseur du hérisson et ajuste le niveau fini intérieur.

Mais l’on continue de privilégier la stratégie d’assèchement du terre-plein et du soubassement.

Merci beaucoup, ces éléments techniques me seront très précieux.

1 « J'aime »

Bonsoir Jean-Patrick,
Merci pour vos réponses.
Pouvez-vous détailler le Y en point bas mentionné plus haut ?
Par ailleurs vous dites que l’on s’arrête impérativement au niveau bas des murs mais s’il s’agit comme c’est souvent le cas de maison sans fondation en bâti ancien et que l’on souhaite faire un hérisson ventilé, on est bien forcé de décaisser plus bas que le bas de mur . Par contre si je comprends bien on ne décaisse pas au pied des murs, on s’éloigne pour ne pas toucher au bulbe de compression.

Bonjour Benjamin

Un Y ou un T pour créer un dévoiement de tel sorte que les condensats ne retournent pas au terre-plein, mais qu’ils ruisselle jusqu’au bas du Y ou du T (PVC DN100) qui est obstrué par un bouchon à vis.

Ce n’est pas tant « sans fondation » ; le terme fondation est galvaudé ; une fondation ne présage pas de sa profondeur mais de ses dimensions pour disperser les contraintes sur le sol.
La profondeur est une question de hors gel ou de hors sec (sol argileux).
Le bâtit ancien dispose bien de fondation même si elles sont implantées immédiatement après la purge de la terre végétale.

Je ne suis pas partisans de décaisser en dessous du niveau de l’assise, même de manière déporté…
C’est mon approche. Je privilégie la reprise sous œuvre. C’est une question de précaution, d’autant que je ne connais pas avec précision la nature du sous-sol. Cette précaution est selon moi d’autant plus nécessaire au regard de la modification de portance des sols qu’induit la dérive climatique (vaiation des températures/de l’hygrométrie en profondeur).
Pour autant vous avez parfaitement raison ; ci-joint la dispersion des contraintes de la construction par sa fondation en pourcentage (bulbe de compression) et les cotes à respecter pour un décaissement.

3 « J'aime »

Bonjour,
Il y a une chose que je comprends pas dans votre présentation : le déshumidificateur récupère très peu d’eau et pourtant les carreaux présentent de nombreuses traces d’humidité. Est-ce que cela veut dire que les carreaux ciments ne laissent pas passer l’eau qui se trouve en dessous?
Avez-vous accès derrière le doublage brique pour voir si les pieds des murs sont humides ?