Grande fissure sur mur extérieur longère

Bonjour,
Je cherche à acquérir une longère située en Dordogne et datant du début du 19 ième siècle.
Elle comporte une grande fissure sur un de ses murs extérieurs, qui s’est agrandit de décennie en décennie me précisent les anciens du hameau dans lequel elle se trouve. Sur les photos ci-joint, on voit ses façades nord et sud qui comportent 2 tirants chacune et la fissure qui s’étend du haut du pignon vers le bas. Sur le mur côté nord près d’un tirant, on voit également que le linteau de la fenêtre a avancé de quelques centimètres.
Il n’y a pas de trace détectable de cette fissure à l’intérieur de la maison, les murs étant lambrissés.
La toiture est en bon état mais pas la couverture. La longère est apparemment construite sur du rocher mais il n’y a aucune information officielle à ce sujet.
Peut-on envisager de sécuriser une fissure de cette ampleur ?
Quels éléments faut-il prendre en compte pour estimer le coût de cette sécurisation avec un expert ?




4

Merci !

Bonjour Frédéric,

C’est toujours délicat de faire des préconisations sans étudier les différentes hypothèses sur l’origine de la fissuration, donc sur ce qu’il est utile/inutile, nécessaire, voir impérieux, possible ou non de faire.
Budgétairement, il est intéressant d’estimer le degré de nécessité d’intervention, donc les causes du désordres et son évolutivité ; ce budget sera tout sauf neutre.
De mon point de vue, il est possible que le désordre soit lié à un défaut d’assise. Dès lors les tirants n’ont qu’'un effet limité et ne proposent pas de traitement de la cause. Tout au plus, ils transmettent la tension d’un mur sur le mur opposé…
Cas isolé ou ou d’autres désordres du même type à proximité ? Localement ?

Les hypothèses pourraient être :

  • Sol argileux avec aléa de retrait gonflement.
  • Différentiel de capacité portante, du à un changement de nature de sol ou d’horizon géologique, à l’angle de la construction.
  • Travaux de création/réfection de chaussée et/ou de réseau à proximité de l’angle, et affectant le bulbe de compression donc affectant la capacité portante.
  • Défaut historique de chenaux/gouttière proposant des excès d’eau régulier à l’angle de la construction, et pouvant possiblement entrainer un affaiblissement de l’assise.
  • Un subtil et délicat mélange secret de toutes ces propositions…

Il faut établir si la fissure est évolutive et le cas échéant, mesurer cette évolution. (ce qui dans votre cas ne sera sans doute pas possible puisque ce genre de procédure s’établit sur un temps long, 1 année à minima…
Une technique rudimentaire consiste à reboucher les fissurations au plâtre gros qui dispose d’une très bonne adhérence et d’un faible coefficient d’élasticité, qui fissure à la moindre tension.
Plus l’évolutivité est marquée, plus le problème est préoccupant.

De mon point de vue, avec toutes les réserves qu’imposent un avis sur un forum, sans visite in situ, sans recherches et étude, et si mon interprétation est la bonne, la stabilisation pourraient être réalisée par des travaux dit de RSO reprise sous œuvre. Cela consiste à combler les défaut d’assise par un « gros » béton, c’est à dire un béton maigre, mais dans des dimensions cyclopéenne.
Les dimensions et profondeur de reprise sont fonction des causes identifiées.

Se renseigner sur le sous sol :
géorisques/fr
Cartographie géologique BRGM
Cartographie eaux souterraines ADES

Difficile d’estimer le cout sans étude préalable…

1 « J'aime »

Bonjour Jean-Patrick,

Merci pour vos réponses et vos pistes d’investigations. D’autres fissures, mais moins importantes que celle-ci, sont présentes dans d’autres maisons du même type dans ce petit hameau localisé du côté de Coulaures en Dordogne.

La géologie de cette région peut laisser penser que même si la bâtisse a été construite sur du dur, il y a une probabilité non nulle qu’il y ait une couche d’argile sous la partie dure. C’est un problème qui revient régulièrement dans les régions calcaires et d’autant plus si une rivière est à proximité.
Il peut y avoir un mille feuille de matière (calcaire, argile, calcaire …).
Vous devriez vous rapprocher d’artisans locaux sachant travailler la pierre et leur demander dans un premier temps s’ils ont déjà été confrontés à ce mille feuilles dans votre région.
Une autre hypothèse est que des travaux nécessitant de creuser la route qui passe à coté aient fragilisé le soubassement de la bâtisse. Vous devriez vous renseigner à ce sujet.

1 « J'aime »

Bonjour,
Merci pour ces informations. Je vais me renseigner sur ces points.